USA :

Sus au ministre assassin

, par Yannis

Le président Clinton a choisi Henry Foster, gynécologue, comme ministre de la Santé.
Le nouveau Surgeon General est dans le viseur des mouvements conservateurs et anti-IVG car il a, en trente-huit ans de carrière, pratiqué trente-neuf avortements.
Pourtant, ce médecin - noir - du Tennessee n’a rien d’un farouche militant de l’IVG : les avortements qu’il eut a pratiquer étaient « motives », notamment par les crimes de viol ou d’inceste qu’avaient subis ses patientes. Par ailleurs, dans sa croisade contre les grossesses chez les adolescentes, il a autant prêché l’abstinence que la contraception.
Les fanatiques de l’extrême droite antiIVG veulent la peau de Foster mais pour l’instant, Clinton le soutient. Chez les républicains,
en revanche, l’avortement est un enjeu électoral suffisamment important pour ménager les susceptibilités : la puissante Coalition chrétienne, forte de un million et demi de membres, menace de combattre tout candidat républicain qui ne condamnerait pas le droit à l’avortement.

Le Point du 18 février